Territoires

Le diagnostic Emploi-formation sur la zone d'intervention MLVO

Pour favoriser la mise en place de projets facilitant l'insertion sociale et professionnelle des jeunes de son territoire, la Mission Locale de la Vallée de l'Oise tient compte des besoins locaux.

Synthèse

La MLVO intervient sur la partie nord de l’arrondissement de Senlis.
Elle couvre l’agglomération Creil Sud Oise, une partie de la Communauté de communes La Thelloise et celle de la Communauté de Communes du Pays d’Oise et d’Halatte  C.C.P.O.H. (37 communes).
 
La population totale est de 149 224 habitants.
Le périmètre de ses actions concerne le Bassin Santerre Oise Sud Oise, territoire sud de la région Hauts de France, proche de la région parisienne.
 
L’Agglomération Creilloise
Elle est constituée de 11 communes. Les villes de Creil, Montataire, Nogent sur Oise et Villers Saint Paul ont  4 quartiers politique de la Ville avec une forte densité de la population et une mixité culturelle importante (parc locatif important). Creil représente à elle seule 41 % de la population de l’Agglomération Creil Sud Oise (ACSO).
Autour de ce pôle, gravitent 7 petites communes plus rurales qui constituent la « Ceinture Verte » du territoire.
Le diagnostic du projet de territoire de l’ACSO fait état d’un territoire dynamique avec une volonté de construire une identité forte et mettre en œuvre un développement économique innovant.
Les atouts du territoire de l’ACSO :
Une population jeune et un dynamisme démographique.
L’emploi public est fortement représenté mais le secteur marchand est prédominant : le commerce, les services aux entreprises, le transport/logistique, l’hôtellerie/restauration.
L’activité industrielle est en baisse depuis plusieurs années mais propose toujours des opportunités d’emploi.
Le territoire possède une position stratégique par rapport à la zone économique de Roissy et de Paris.
La création de logements sociaux se développe et les crédits dédiés à la rénovation urbaine sont porteurs d’emplois dans le secteur du bâtiment.
Le territoire est très attractif pour favoriser l’implantation d’entreprises. Il est doté de multiples moyens de communication : réseau de bus, infrastructures ferroviaires, routières et fluviales.
Les zones d’activité de Creil / Saint Maximin et celle de Saint Leu d’Esserent / Montataire offrent plus de 7 000 emplois.
Les plus petites communes de ce territoire ont un caractère plus rural avec des spécificités historiques, des espaces naturels qui sont des atouts pour le développement du tourisme.
Le secteur agricole y est peu représenté.
Des facteurs historiques liés au passé industriel de ce bassin de vie peuvent donner une image dépréciée de ce territoire.
On constate une inadaptation des compétences de la population, en décalage avec les besoins des entreprises.
Sur les Quartiers Politique de la Ville, le taux de chômage y est plus élevé. Les précarités sociales et sanitaires sont croissantes. On constate des freins à la mobilité parmi les jeunes des quartiers  qui ont globalement un niveau de qualification faible.
 
Les grands projets prospectifs fédérateurs :
-          « Creil, Cœur d’Agglo »
-          La ligne T.G.V. Picardie-Roissy
-          La redynamisation de la base aérienne de Creil
-          Le canal Seine Nord Europe
-          3 ports fluviaux sur l’Oise (Nogent sur Oise, Creil, Saint Leu d’Esserent)
 
  
La Thelloise (ex EPCI Ruraloise et Communauté de communes du Pays de Thelle)
 
La Thelloise finance la mission locale pour 19 communes, soit 39 779 habitants. Ce territoire se situe au milieu des pôles de Creil et de Beauvais, en frontière de l’Ile de France.
 
La population active travaille majoritairement hors de ce territoire (+ 20 000 personnes). Les actifs travaillent en Ile de France, notamment dans le Val d’Oise.
 
Cette Communauté de communes est dynamique et attractive.
La population y augmente régulièrement avec l’arrivée de familles venues de la région parisienne qui lui confère un caractère plutôt résidentiel avec de nombreux lotissements pavillonnaires.
Chambly est la seule ville de plus de 10 000 habitants. Elle développe une zone d’activité commerciale dynamique.
L’industrie reste bien implantée (zone industrielle de Neuilly En Thelle).
Ce territoire est maillé de petites communes où des problèmes de mobilité se posent ainsi qu’une absence d’organismes de formation. Les demandeurs d’emploi et/ou de formation doivent se déplacer soit sur le Creillois ou le Beauvaisis
Le secteur agricole est bien représenté en « surface » mais n’est pas source d’emplois.
 
A l’est de Creil, 7 communes de la CCPOH sont concernées par l’offre de service de la MLVO (22 131 habitants). Pont Sainte Maxence, ville de 12 771 habitants, s’est désindustrialisée depuis plusieurs années. Depuis peu, le quartier des Terriers a été inclus dans les quartiers Politique de la Ville, ce qui révèle des difficultés pour la population. La population active  travaille sur Roissy et sur le Grand Creillois. Des problèmes de mobilité se posent pour les jeunes habitant les petites communes. L’appareil de formation continue est à développer. Les demandeurs d’emploi et notamment les jeunes se déplacent par le train vers le Creillois  et le compiégnois pour se former.
 
Pour précision, concernant les effets de la crise sanitaire : 
 
Si la plupart des secteurs professionnels ont connu une forte baisse de leurs recrutements depuis le début de la crise sanitaire, certains s’en sortent mieux que les autres. C’est ce qui ressort des chiffres fournis par Pôle emploi. Sur la période du 2 mars au 3 mai, les baisses du nombre d’offres d’emploi publiées ont été les plus faibles dans les secteurs de la santé (-38%), dans l’hébergement social et médico-social (-50%) et dans les activités juridiques, comptables, de gestion et d’architecture (-51%).
 
Les secteurs qui continuent à recruter sont évidemment, d’un côté, la santé, mais aussi, de l’autre, l’informatique et la télécommunication, ainsi que le nettoyage. Ce sont d’ailleurs, principalement, ces mêmes secteurs où l’activité ne s’est pas arrêtée pendant le confinement”. Pour la santé, il y a des besoins dans les Ehpad, sur des postes d’aide-soignant pour remplacer des personnes qui se sont retrouvées en première ligne, au plus fort de la crise sanitaire.